20/07/2013

bagage volant

J’ai l’habitude de prendre le car de ligne pour aller à Perpignan. Il m’arrive de le prendre avec des valises pour aller à la gare. J’ai toujours vu les passagers mettre leurs bagages dans la soute sans l’intervention du chauffeur. Lors de mon dernier voyage avec mon mari celui-ci a placé deux valises assez lourdes, une personne seule en a placé une plus légère. Le compartiment était complet car il y avait encore les chaînes à neige du car. À plusieurs stations de là, deux jeunes femmes et un enfant sont montés. Après avoir ouvert le coffre complet, elles ont déposé leurs divers bagages dans le second coffre sans toutefois se soucier de vérifier si elles avaient bien refermé le premier. Au premier rond-point, le coffre mal fermé a libéré la valise la plus légère qui s’est retrouvée sur la route. Nous avons crié pour alerter le chauffeur qui est descendu récupérer la valise. Dans le cas de dommages (détérioration du bagage, accident provoqué par la chute, choc avec un véhicule ou autres) qui serait responsable ? Le chauffeur du car, la personne ayant mal refermé le coffre ou la société de transport (les cars à 1€ du conseil général) ?

C’est le chauffeur du car qui, quelles que soient les circonstances, doit rester maître de son véhicule et qui a aussi l’obligation de vérifier la fermeture des soutes et des portes. En cas d’accident, ce qui n’a pas été le cas heureusement, il pourrait se retourner contre son employeur sous prétexte qu’il ne peut pas être “au volant et à la soute” et plaider un “défaut de moyens”. Car aujourd’hui, les chauffeurs de bus sont seuls pour gérer leur véhicule alors qu’il y a encore quelques dizaines d’années, un second employé était chargé de collecter les titres de transports et, bien souvent, de la gestion des bagages. C’est d’ailleurs pour cela que des compagnies de transports prévoient dans leurs règlements que le chauffeur puisse refuser de charger des passagers avec bagages si ceux-ci sont trop encombrants pour voyager dans le bus. Mais ce n’est pas le cas des bus de ligne du département des P.-O.

03/06/2013

Vacances et santé en Europe


Mes petits-enfants doivent partir en vacances en Norvège cet été avec leur petite fille. Ils ont l’intention de randonner et je m’inquiète pour le bébé. S’il leur arrive quelque chose, auront-ils une couverture sociale et seront-ils acceptés dans les hôpitaux ?
Vous devez leur conseiller de demander une carte européenne de santé auprès de leur caisse. Le délai d’obtention est de 15 jours.
La Carte Européenne d’Assurance-maladie (CEAM) permet de bénéficier d’une prise en charge pour les soins médicalement nécessaires survenus à l’occasion de séjours temporaires (vacances, séjour professionnel ou séjours linguistiques par exemple) sur le territoire d’un autre État membre de l’Union européenne, mais aussi en Norvège, au Liechtenstein, en Islande ou en Suisse.
Si la carte ne peut pas être délivrée avant le départ (car demandée trop tardivement, ça arrive !), un certificat provisoire de remplacement, valable 3 mois, doit être remis. La CEAM est individuelle, nominative, gratuite. Les cartes délivrées par les institutions françaises sont valables un an.
Chaque personne de la famille doit avoir sa propre carte. La CEAM garantit un accès direct au prestataire de soins dans le pays de séjour. Avec la CEAM, vos petits-enfants pourront aussi présenter les factures et les justificatifs de paiement à leur caisse d’affiliation à leur retour en France.
Donc souhaitez leur un bon trek (qu’ils n’oublient pas l’anti-moustique, c’est la plaie des pays nordiques en été) et n’ayez pas d’inquiétude.
À savoir : la carte européenne d’assurance-maladie existe depuis juin 2004. Elle n’est pas valable si vous allez dans un pays dans le but de vous y faire soigner !

02/06/2012

Carte européenne d'assurance maladie

La première semaine de mars, j’ai adressé comme tous les ans une demande de renouvellement de ma carte européenne d’assurance-maladie à la CPAM des P.-O. Fin mars, n’ayant rien reçu, j’ai renouvelé cette demande sans résultat. Le 13 avril, j’ai envoyé une correspondance au directeur (lettre nominative) qui a eu le même effet. Alors je me pose la question de savoir si la conscience professionnelle existe encore ou si cet organisme est frappé de léthargie. J’ai dû retarder mon départ et ai subi un préjudice. Je signale que mon mari, ancien militaire de carrière a obtenu la sienne de la caisse nationale militaire de Toulon, 12 jours après l’avoir demandée. Que faut-il faire pour obtenir mon dû ? A qui s’adresser ?
Vous avez fait ce que vous deviez faire mais en cas de retard trop important écrivez au médiateur de votre caisse d’assurance-maladie et non au directeur. Vous pouvez faire une réclamation car le délai “normal” pour obtenir une carte européenne de santé est de 15 jours en France. Sachez toutefois que vous n’avez pas besoin de retarder ou d’annuler votre voyage si vous n’avez pas votre carte dans les délais. En cas de besoin, vous recevrez, malgré tout, le traitement nécessaire dans tous les hôpitaux des Etats membres de la communauté européenne mais aussi en Norvège, au Liechtenstein, en Islande ou en Suisse et vous pourrez demander qu’un certificat provisoire soit faxé, en cas de besoin, directement dans le service de soins. L’urgence fait parfois des miracles... et débloque les situations.
A savoir : la carte européenne d’assurance-maladie existe depuis juin 2004. Elle est utilisée en cas de séjour temporaire et est valable un an. Si la carte ne vous a pas été délivrée avant votre départ, vous pouvez exiger un certificat provisoire de remplacement qui est valable 3 mois. La CEAM est individuelle, nominative, gratuite. Chaque personne de la famille doit avoir sa propre carte lorsque vous partez en vacances