12/11/2013

Faire estimer des livres anciens

 

Je possède quelques livres anciens comme la bibliothèque rose de 1883 à 1925, des Jules Vernes, etc... Comment en connaître la valeur sans être “arnaquée” ?

Comme dans tout marché, c’est l’offre et la demande qui définissent les prix. Aujourd’hui, internet permet de se faire une idée très précise de la valeur d’un objet en le mettant en vente aux enchères sur un site comme e-Bay. Vous n’êtes pas obligé de réaliser la vente mais, en moins d’une semaine, vous aurez une idée de la valeur de vos ouvrages en fonction de leur état. Dans la Bibliothèque Rose, certains titres sont plus cotés que d’autres : les comtesse de Ségur peuvent atteindre 45 € (pour “Comédies et proverbes”, éditions de 1885) ou “La fortune de Gaspard” (éditions de 1883) vendu à 35 €. Mais de nombreux titres d’auteurs oubliés parus dans la Bibliothèque Rose atteignent péniblement les 2 à 3 € même pour des ouvrages anciens. Pour ce qui est des Jules Verne, si ce sont les fameux cartonnages toilés d’Hetzel, vous pouvez tabler pour certains sur plusieurs centaines d’euros et parfois plus de 1 000 € mais d’autres plafonnent à quelques euros. Autre façon de ne pas vous faire “arnaquer” : faire estimer vos ouvrages par plusieurs bouquinistes spécialisés. Sachant que si vous revendez à un bouquiniste, celui-ci doit se faire une marge. Ce qui réduit votre bénéfice.

09/11/2013

Maison de retraite et frais fixes

 

Je suis avec ma femme en maison de retraite. Lorsque mon compte en banque sera épuisé qui me versera la somme pour mon hébergement (EHPAD 3 800 euros par mois pour deux) et combien me restera-t-il en fin de mois ? Ma femme ne touche que 230 euros de retraite et moi 1 000 environ plus 200 euros de complémentaire pour deux. Dois-je toujours payer la complémentaire ?

Effectivement, à ce rythme (2 370 euros mensuels) vos comptes en banque ne vont pas tarder à se vider. Il vous faut savoir que les tarifs des maisons de retraite se décomposent en trois parties : l’hébergement, les soins et les coûts de la dépendance. Seul l’hébergement est entièrement à votre charge. Les soins et les frais de dépendances sont normalement pris en charge par la Sécurité sociale. Lorsque vous ne pourrez plus subvenir à votre hébergement, il faudra vérifier que votre EHPAD (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes qui remplacent progressivement depuis 2001 les maisons de retraite médicalisées) est habilité à recevoir des aides spécifiques du département. Mais sachez qu’il sera avant tout fait appel à la solidarité familiale prévue par le Code civil. C’est celle qui dit que “chacun est tenu d’apporter une aide à ses père, mère, grands-parents et même à ses arrière-grands-parents…” Si vous avez des enfants et des petits enfants, ce sont eux qui devront régler la facture pour votre hébergement en fonction de leurs revenus.

Sachez aussi que l’on ne peut pas vous obliger à vendre votre maison pas plus que toucher au capital de votre assurance-vie (si vous en avez) pour payer l’EHPAD.

Si vous n’avez aucun descendant en ligne directe (ou qu’ils ne sont pas solvables), vous bénéficierez alors de l’aide sociale fournie par le département. En revanche, après votre décès, le département pourra se rembourser de ses aides sur votre héritage. Pour obtenir l’aide sociale, il faut que vous la demandiez à la mairie de votre lieu de domicile.

Une fois obtenue, 90 % de cette aide sera directement versée à l’EHPAD. Vous pourrez avoir pour vos dépenses personnelles 10 % de l’aide (cette somme ne peut pas être inférieure à 89€ par mois). Pour ce qui est de votre complémentaire santé, vérifiez qu’elle ne vous coûte pas davantage que ce qu’elle vous apporte. Si c’est le cas (et c’est souvent le cas) annulez-la. À partir d’un certain âge, tous vos frais médicaux sont pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale. En France, nous avons encore la chance de pouvoir ne pas laisser les vieux et les malades à la rue.

29/10/2013

Service de portage à domicile

 

Vu mon âge j’ai l’intention de me faire livrer les repas à domicile. Il paraît qu’il y a un crédit d’impôt pour le portage des repas. Comment est-il calculé ?

Il y a effectivement un crédit d’impôt mis en place pour vous aider à bénéficier de ce service. Si vous êtes imposable, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 50 % des sommes versées pour les services à la personne, dans la limite de 6 000 euros, une dépense réelle de 12 000 euros par an maximum. Ce plafond peut être relevé en fonction de votre âge, de votre situation familiale, d’une situation de handicap ou du nombre d’enfants que vous avez à charge.

Si vous n’êtes pas imposable, vous pouvez bénéficier d’un crédit d’impôt de 50 % des sommes versées en services à la personne. Vous recevrez alors un chèque correspondant, versé par votre centre des impôts.

Attention, pour bénéficier de ces avantages il faut faire appel à des sociétés agréées. Le mieux est de se renseigner auprès de votre mairie car les aides à domicile (le portage des repas en fait partie) et les aides financières qui vont avec son aujourd’hui organisées par le département et les villes. Sachez qu’il faut compter entre 8 et 12 euros pour un plateau-repas équilibré qui peut vous être livré chaud ou froid. Certaines sociétés regroupent le portage des repas et livrent des plateaux pour la semaine. Dans votre cas, une personne âgée, il vaut mieux se faire livrer quotidiennement car c’est aussi l’assurance d’avoir au moins une personne qui s’inquiéterait de ne pas vous voir répondre si vous avez un malaise.