01/03/2013

Message codée


Pouvez-vous me dire à quoi correspondent les chiffres que l’on peut lire sous un code-barres ? Il parait que le premier chiffre correspond au pays d’origine du produit.
Effectivement, les codes-barres utilisés dans l’alimentaire en Europe sont de type EAN/UPC, avec 13 chiffres en dessous et le premier chiffre à gauche est celui du pays (3 pour la France, 5 pour l’Angleterre,...). Mais sachez qu’il existe des milliers de normes et que cela dépend des produits. La grande distribution et la presse n’ont pas les mêmes codes-barres. Regardez votre journal, il n’y a pas de chiffre dessous. Les produits pharmaceutiques ont des codes spécifiques, tout comme les paquets de cigarettes. Sachez que le code-barres fournit essentiellement des informations pour gérer les stocks, il ne fournit pas d’informations sur la composition du produit. Mais il peut aujourd’hui (le brevet du codes-barres a été déposé en 1952 par deux étudiants américains), ouvrir la porte sur ce qu’il est convenu d’appeler une “réalité augmentée”. C’est ainsi que certains codes-barres lus par un téléphone portable ou une tablette peuvent permettre d’accéder à des informations sur le produit mais aussi aux aveugles d“entendre” les étiquettes. A la Poste par exemple, les codes-barres permettent aussi de suivre les envois quasiment en temps réel.
Il existe des milliers de normes pour les codes-barres unidimensionnels et tout autant pour les codes bidimensionnels. L’AFNOR (association française de normalisation) référence des centaines de codes. Car un code-barres est simplement la représentation d’une donnée numérique ou alphanumérique sous forme d’un symbole constitué de barres et d’espaces facile à “lire” par un ordinateur. Si dès le départ, les amateurs de complots ont pu y lire des symboles cabalistiques et même le chiffre de la Bête (le fameux 666), il ne s’agit que d’un système de rangement et de tri informatisé.

Les commentaires sont fermés.