19/11/2012

Invasions de blattes


J’habite en tant que locataire un immeuble de 50 appartements. Depuis quelque temps dans un appartement, il y a beaucoup de blattes. Les voisins du dessus et du dessous en ont trouvé 3 ou 4. Moi, une depuis 1 an et demi. La propriétaire, suite aux plaintes de locataires, veut prendre une entreprise pour traiter ce problème mais elle nous demande de payer les factures en les répercutant sur les charges. Qui doit payer ? Nous ne sommes pas responsables de ces arrivées massives de blattes.
En effet vous n’êtes pas responsable car même dans des appartements “bien tenus” les blattes peuvent coloniser vos murs. Pour autant les coûts de la désinsectisation sont à la charge du propriétaire (qui a obligation de la faire effectuer dans tout l’immeuble car sinon les blattes vont revenir) mais il est autorisé à répercuter dans les charges le prix des produits. Attention<ET>: cette règle ne vaut que pour les insectes, pas pour les rats. Donc vous êtes, en tant que locataire, tenu de payer uniquement les produits de désinsectisation (en général 40 % du coût total). Le coût de la main-d’œuvre (60<ET>%) devant être pris en charge par le propriétaire. Vous pouvez demander à voir la facture globale pour être sûr que l’on ne répercute dans vos charges que le coût des produits.
Sachez aussi que même si vous n’avez vu qu’une seule blatte dans votre appartement, cela ne signifie pas qu’elles ne sont pas dans les murs de votre cuisine ou de votre salle de bains. Car les blattes ne sortent que la nuit, ont un besoin vital d’eau et sont omnivores<ET>: tout est bon pour elles et, en cas de famine, elles peuvent même devenir cannibales (se manger entre elles, ce qui pour vous est un moindre mal mais ne résout pas le problème). À partir d’un seul point d’infestation, elles peuvent en quelques semaines proliférer dans l’ensemble d’un bâtiment. Elles peuvent y provoquer des dégradations, des courts-circuits, voire être à l’origine d’incendies. Mais surtout, elles peuvent souiller vos denrées alimentaires avec leurs excréments et elles véhiculent des germes responsables de nombreuses maladies (gastro-entérites, tuberculose, salmonellose, allergies diverses).
En France, quatre types de blattes sont régulièrement présents dans les logements : la blatte germanique et la blatte rayée (qui aiment la chaleur), la blatte orientale plus communément appelée cafard (qui aime les milieux frais et humide), la blatte américaine dite cancrelat (qui aime les milieux chauds et très humides).
Sachez aussi qu’en moyenne, une femelle pond 7 oothèques (poches d’œufs) au cours de son existence. Le cycle de vie complet s’étend entre 3 et 6 mois. On compte, par année, 2 à 5 générations. Un couple de blattes peut donc produire 1 000 000 de descendants en une année ! Et vous ne verrez jamais que des adultes car les “bébés blattes” sont très discrets et de petite taille (de l’ordre du millimètre), si bien que l’on ne découvre souvent la présence des blattes que lorsque les adultes se déplacent. Et là, il est déjà trop tard pour espérer régler le problème d’un coup de savate vengeur.
Pour un résultat efficace et rapide, il est important que l’entreprise qui va intervenir puisse accéder à tous les appartements, que les occupants dégagent les abords des zones à traiter, mais aussi qu’ils signalent les lieux où la présence d’insectes a pu être constatée. L’applicateur va déposer du gel ou pulvériser de l’insecticide. Dans les parties communes, le traitement concerne en priorité les secteurs sensibles, tels que les locaux poubelles et de réception des colonnes de vide-ordures s’il y en a, les locaux techniques, les chaufferies, les gaines techniques, les gaines de conduite d’eau, de chauffage. Reste que souvent, il faut traiter en plusieurs fois pour se débarrasser complètement de ces insectes.
L’entreprise qui va intervenir doit être agréée par la Chambre syndicale des Industries de désinfection, désinsectisation et dératisation. Cet agrément est obligatoire dans le cadre de la loi du 17 juin 1992.

Les commentaires sont fermés.